Mongolie 2009

Voyage en mongolie en fourgon aménagé

2009-08-20 Ijevsk – Kazan

Posté par ohad le 21 août 2009

Au réveil on retourne à notre hostpot préféré et on met à jour le dernier article ainsi que les vidéos en retard (merci l’inconnu qui a laissé son Dlink sans clé de protection.

On doit ensuite appeler l’hôtel en Ukraine pour décaler notre réservation. Il fallait en effet qu’on réserve une date quand on a fait la demande de visas, et on a mis une date un peu au pif. Cela fait plusieurs jours qu’on essaie d’appeler avec mon téléphone, sans succès. Peut être que l’option Monde ne fonctionne pas en Russie (pourtant si, j’ai déjà réussi à appeler dans d’autres pays) ?

Bref, on décide d’aller demander de l’aide dans un café à côté. 2 serveuses essaient de nous venir en aide. Elles appellent les renseignements russes mais ne parviennent pas à nous expliquer pourquoi cela ne fonctionne pas (on fait pourtant le bon numéro, avec les numéros pour faire un appel à l’international). Au passage, si cela peut servir à quelqu’un, pour passer un appel à l’international depuis la Russie, il faut faire le 810 et non le 00…

On décide de tenter notre chance avec les cartes téléphoniques prépayées. On arrive à nous en procurer une dans un kiosque et on l’essaie de suite dans une cabine téléphonique. Ca a l’air de fonctionner, sauf que personne ne répond. Normal, il est 10h30 ici, soit 8h30 en Ukraine. Les bureaux doivent encore être fermés. On retentera plus tard.

On prend la route en direction de Kazan.

IMG_0686

Un camion avec moult feux stop et clignotants. « C’est au cas où » 😀

On traverse un village qui s’est manifestement spécialisé dans la fabrication de brosses à chiottes multicolores… (ou brosses pour la douche). Tous les habitants du village sont réunis sur la route et vendent leur production.

Mais pourquoi les brosses à chiotte ???

IMG_0690

des stands comme celui la se suivent tous les 10m. Il y en avait une bonne cinquantaine.

IMG_0694

un arbre qui pousse à l’envers. Ils sont fous ces arbres Russes :smile:

Grâce à vos indications, on a trouvé de l’huile pour Züüd. La référence avec un « C » est bien indiquée sur leurs bidons, donc on a pris de l’huile Russe et ça devrait marcher.

Vers 14h on trouve finalement une cabine téléphonique dans une station service. Elle datait manifestement des années 30, et il fallait se positionner d’une certaine façon pour ne pas entendre un grésillement digne des meilleures friteuses professionnelles, mais nous sommes parvenus à joindre l’hôtel à Kiev et notre réservation est maintenant décalée.

IMG_0696

surtout ne pas bouger !

Derrière la station se trouve un pont mécanique. Magnifique, c’est l’occasion de tester notre nouvelle huile et donc de faire une vidange. Je ne sais pas pourquoi, mais la vidange a tourné au carnage, avec de l’huile partout, à côté de la cuvette, sur mes fringues, sur le pont. C’était tellement carnagesque, que la vieille qui tenait la boutique est sortie de son stand et est venue nous engueuler pour qu’on nettoie derrière nous. Genre on allait partir comme des sauvageons et tout laisser derrière nous. C’est bon la vieille, on va tout remettre en ordre…

IMG_0698

Superbe. Remarquez les taches noires sur le pantalon, les chaussures et le t-shirt. J’en avais aussi sur les avants bras, le coude et les biceps… un carnage.

Une fois l’huile vidangée, les filtres changés et le pont nettoyé, on reprend la route.

On s’arrête pour manger dans un relais routier. On continue dans notre quête de la bouffe Russe, et on commande un « Plov ». Pas mal du tout. C’est un plat à base de riz sauté à l’agneau et aux carottes.

L’après midi est marqué par 4 accidents de la route près desquels on passe.

D’abord deux voitures qui ont du se rentrer dedans en frontal. La Volga est tellement compressée qu’on dirait une Twingo !

Ensuite on ralentit quand on voit de la fumée au loin dans la forêt.

De plus près ça semble vraiment proche de la route.

IMG_0706

en fait c’est un camion qui est en flammes !!

IMG_0707

pourvu qu’il n’explose pas juste quand on passe à côté !

Quelques kilomètres plus loin c’est un autre camion qui est couché dans le talus

IMG_0712

et encore plus tard c’est un gros camion qui a du perdre une roue (explosée), et qui a foncé sur une petite voiture qui a l’air bien amochée…

Triste après midi !

Il faut dire que la route n’est parfois pas vraiment terrible. Il y’a notamment ces sillons sûrement creusés par des camions juste après que le goudron ait été coulé et qui envoient les roues et donc la voiture dans tous les sens.

IMG_0702

Sans compter que la conduite ici ressemble beaucoup à la roulette Russe : les gens dépassent en voyant arriver des véhicules (parfois de gros camions) en face. Ils espèrent que les voitures vont se mettre un peu de côté s’ils n’ont pas le temps de terminer leur dépassement… de la folie pure !

Pour finir l’après midi en beauté, un flic me fait signe de m’arrêter sur le bas côté. C’était juste après un carrefour où la vitesse était limitée à 50. J’étais en plein dépassement d’un camion et devais rouler à 60 ou 65km/h maximum. Le policier vient à notre niveau et nous montre son « speed radar » (un espèce de pistolet qu’il pointe en direction des voitures et qui lui indique leur vitesse) qui indique 94km/h. C’te blague ! 94km/h en montée, juste après un carrefour ! il me prend pour alain prost et Züüd pour une F1 ou quoi ?

Je lui explique que c’est pas possible, et que Züüd ne peut monter au-delà de 70 ou 80km/h dans ces circonstances, mais il ne veut rien savoir. Il me demande les papiers du véhicule et mon permis de conduire. Je lui présente les papiers et le suis dans sa voiture. Là c’est le chef qui prend le relais. Il est beaucoup moins cordial que l’autre et demande le vrai permis de conduire (je présente toujours l’international). Je lui explique que je n’ai que celui là (pas envie de me voir confisquer le permis Français !

Il me ressort le coup de l’excès de vitesse. Je me défends, mais rien n’y fait. Et là, sans gène, il me refait le coup du racket. Il me tend les papiers du véhicule, mais garde mon permis international (je le savais !) et me demande 1500roubles faute de quoi il confisque mon permis. Le bâtard !

Je lui fait comprendre que ça va pas être possible… et lui me dit que dans ce cas il garde mon permis. La discussion s’arrête là avec le chef, puisqu’il me dit un « Dasvidania » assez froid, et me fait signe de sortir de sa voiture. Je reste sur place et continue de tenter de discuter, mais il a l’air assez fermé.

Poupoussy arrive à la rescousse, mais elle est trop énervée par le coup du 94km/h donc n’arrive pas à obtenir gain de cause cette fois.

Les deux flics arrêtent un autre véhicule et je dois céder ma place à l’autre « chauffard » (qui semble lui aussi intrigué par la vitesse à laquelle il a été flashé).

Je continue les négociations avec le flic « sympa ». Il pense que je n’ai pas compris le coup du racket et il me demande comment je fais pour me débrouiller en Russie sans parler le Russe. Je lui dis que j’ai un dictionnaire et il me demande de l’amener. Comme j’avais pas envie qu’il commence à fouiller dans le Phrasebook pour y trouver le mot « PV » ou « backchich » (je crois que ça se dit « Schraff » en russe… en tout cas c’est les deuxièmes flics qui me demandent du Schraff pour me laisser partir), je reviens avec le Point-It. Il a l’air un peu désappointé, mais je lui confirme que c’est tout ce que j’ai 😀

Il fouille quand même à l’intérieur, et me montre une photo de policier en me disant « I Policemen ». Super, j’avais pas compris.

Ensuite il me montre la carte du monde, pointe sur la Russie et me dit « Russian Federation ». OK, jusque là j’avais suivi.

Et là il continue son baratin en Russe… je décroche.

On patiente un bon quart d’heure pendant que le chef négocie avec l’autre chauffard. Pendant ce temps je discute de tout et de rien avec le flic sympa. Finalement, au bout de 45minutes d’attente, on commence réellement à nous impatienter. On propose au flic sympa une bouteille de vin s’il nous laisse repartir avec le permis. Ca a l’air de l’intéresser. Quelques minutes plus tard il me demande de m’asseoir avec le chef. Il discute 30 secondes avec le chef, et là ce dernier me tend mon permis et me dit de sortir. C’est tout ? sans rien d’autre ?

Non. C’est fini.

On prend nos clics et nos clacs et on se barre en vitesse.

Mais quelle bande de salopards ces flics corrompus !

Le soir le soleil fait une petite percée au travers des nuages

IMG_0709

On arrive à Kazan de nuit (bah oui, forcément, avec tout ce temps perdu).

On se ballade un peu en voiture pour trouver le centre animé de la ville.

IMG_0715

jusqu’à arriver à ce qui nous semble être le Kremlin de Kazan. On voit des gens qui entrent et qui sortent, alors on décide d’aller y faire un tour.

IMG_0720

l’entrée du Kremlin

IMG_0723

l’allée centrale superbement éclairée

IMG_0726

La mosquée Kul Sharif elle aussi éclairée avec soin

IMG_0739

la cathédrale de l’annonciation

IMG_0741

et les bâtiments officiels de la République du Tatarstan. Ah oui, parce qu’apparemment on est au Tatarstan maintenant. Il s’agit d’une des nombreuses républiques qui forment la fédération de Russie. Le Tatarstan est la patrie des descendants de la peuplade Turque nomade qui fit de nombreux dégats dans la Russie Kiévienne. Il y’aurait un fort sentiment de nationalisme, et des pressions séparatistes. On voit des drapeaux tatars partout.

IMG_0744

un morceau de l’ancienne muraille ? pour la taille, voir Poupoussy en bas à droite

Après avoir visité le Krémlin de nuit (on reviendra de jour voir si c’est aussi impressionnant), on se dirige vers le centre ville. On tombe sur une place qui nous fait penser à las Vegas, avec des lumières partout, de la musique et des restaurants (ouverts !).

IMG_0745

IMG_0746

l’hôtel Tatarstan au milieu de la place

On se trouve un resto Tatare en plein dans la rue piétonne. Au menu : brochettes, légumes, et riz sauvage. Miam !

IMG_0747

IMG_0748

la rue piétonne

On finit cette journée bien chargée en trouvant un point de bivouac dans une rue qui nous semble calme, près du centre.

  1. Nathalie a dit,

    coucou,

    C’est vraiment pas facile la traversée de la Russie.

    Pour Züüd et la vidange, j’en conclus que tu vas devoir refaire toute ta garde robe car l’huile c’est pas facile à enlever. Avec la date de retour indiquée, me rend compte que dans 15 jours vous serez de nouveau parmi nous. Profitez en bien et puis surtout va falloir comme tu t’en doutes faire une méga soirée pour présenter les photos (ou plutot tout un WE).

    Tchussss

  2. Lazer a dit,

    Ohad, t’as pas une blouse qui pourrait te servir pour faire de la mécanique ? 😉

    Ils sont beaux les bâtiments de nuit

  3. Kiv a dit,

    T’es sur que ce sont des brosses à chiottes ? on dirait plutôt des plumeaux.

  4. ohad a dit,

    -> Nathalie: toute la garde robe peut être pas, mais le jean et le t-shirt sont morts à mon avis…
    pour les photos, j’avais pensé à un picnic :whistle:
    ceci dit, ce sera pas vraiment pour montrer les photos, les meilleurs sont déja sur le blog…

    -> Lazer: Sisi, on a bien pris notre jean crado et le t-shirt « spécial garage » avec nous. Mais avant de commencer la vidange je me suis demandé si j’étais capable de le faire proprement et la réponse était « oui »… mais on n’a pas toujours raison apparemment :ninja:

    -> Kiv: Mais que ferions nous sans ton oeil perspicace :whistle:
    c’est surement des plumeaux, oui, mais sur le moment on a pris ça pour des brosses à chiottes…

Ajouter un commentaire